Les pires pays aux Olympiades


Dans le sport, il n'y a pas seulement des gagnants, mais aussi des perdants. Les pays participent à la compétition par équipe, essayant d'y occuper la place la plus élevée possible.

Néanmoins, les Jeux olympiques ont un autre côté plus triste. Leur bagage de médailles est vide, ce qui n'empêche pas les athlètes de prendre de nouveaux départs.

Mali (11 Jeux Olympiques d'été). Pour la première fois, ce pays a participé aux Jeux olympiques d'été de Tokyo, en 1964. Presque tous les athlètes de l'État africain ne se sont même pas qualifiés. Depuis, la puissance africaine a invariablement pris part aux plus grandes compétitions sportives de la planète, une exception n'a été faite que pour Montréal en 1976 en raison d'un boycott. Et l'équipe nationale du Mali a remporté le plus grand succès aux Jeux Olympiques de 2004 à Athènes. Ensuite, l'équipe nationale de football a atteint le quart de finale du tournoi, perdant contre les Italiens seulement dans le temps supplémentaire, 4 minutes avant la fin. La courageuse équipe s'est arrêtée à seulement quelques pas de la médaille.

Libéria (12 Jeux olympiques d'été). Ce pays a ses origines dans le mouvement olympique international depuis 1956. Puis 4 athlètes sont arrivés à Melbourne en même temps. Le meilleur succès a été la 17e place de l'équipe de relais. Les Jeux Olympiques de Moscou en 1980 ont été rappelés pour le fait que la délégation a participé à la cérémonie d'ouverture, mais ne s'est pas présentée au départ. Il est même arrivé au point que les Olympiens de ce pays ont tout simplement été battus dans leur patrie pour leurs mauvais résultats. C'est peut-être pour cela qu'il n'y a pas autant de gens qui veulent participer au plus grand événement sportif du monde? En 2012 à Londres, le seul représentant du Libéria a pris la 23e place du décathlon, ayant même réussi à dépasser trois athlètes.

Madagascar (11 Jeux Olympiques d'été, 1 hiver). L'histoire de la sécheresse médaillée dans ce pays remonte à 1964 à Tokyo, au Japon. Jules Randrianari, qui a réussi à décrocher une 25e place relativement prestigieuse au marathon de Moscou en 1980, a fait sa part de fierté. Et en 2006, la première apparition du célèbre pays africain aux Jeux Olympiques d'hiver a eu lieu, c'est arrivé à Turin. Puis le seul athlète malgache, Mathieu Razanakolona, ​​a pris la 39e place du slalom géant à ski. Mais dans le slalom habituel, l'Olympien noir n'a pas pu terminer du tout.

Malte (15 Jeux olympiques d'été). Si la défaite des Africains n'est pas particulièrement surprenante, alors être parmi les perdants de Malte est inattendu. Pour la première fois, un petit État entièrement européen a fait ses débuts aux Jeux olympiques d'Amsterdam en 1928. Malte se distingue comme le seul membre européen du CIO à n'avoir jamais participé aux Jeux olympiques d'hiver. Certes, malgré la concentration dans les sports d'été, il n'y a pas de succès particulier ici. En 1980, Malte a fait ses débuts au tir à l'arc, dans l'espoir de bien réussir ici. Les résultats étaient éloquents - Leo Portelli était le dernier, et Joanna Agius a montré l'avant-dernier résultat.

Népal (12 Jeux olympiques d'été, 3 Jeux olympiques d'hiver). Pour la première fois aux Jeux olympiques, le Népal est apparu à Tokyo en 1964. Depuis, les membres de l'équipe se battent désespérément, même pas pour des médailles, mais pour entrer dans le top 20. A cet égard, il convient de rappeler la "réalisation" de Bharat Sawad, qui à Séoul en 1988 a pu devenir le 22e. Dans les sports d'hiver, les résultats sont beaucoup plus faibles. En 2010, le skieur coloré Dachiri Sherpa a terminé 92e, à 11 minutes du vainqueur sur une distance de 15 kilomètres. L'athlète népalais a même réussi à dépasser trois skieurs. La participation du Népal aux Jeux Olympiques correspond donc toujours à la devise, selon laquelle la victoire n'est pas le principal ici.

Myanmar (16 Jeux olympiques d'été). Le comité olympique de ce pays a été créé en 1947 et l'année suivante, l'équipe birmane a fait ses débuts à Londres. Il est intéressant de noter que de 1948 à 1992, l'équipe a défendu l'honneur de la Birmanie, puis du Myanmar, en raison du changement de nom du pays. La plupart des athlètes se sont produits en 1972, lorsque la délégation comptait jusqu'à 18 participants. Les athlètes se sont rapprochés des médailles en 2000 à Sydney, lorsque les haltérophiles Vin Kai Thi et Vin Sve Sve ont pris respectivement les 4e et 5e places. Et en 2004, l'athlète Thin Thin Khaing est devenu un participant au drame de tir à l'arc le plus réel. Elle a perdu au premier tour uniquement à cause de trois tirs supplémentaires, qui ont révélé le vainqueur.

Bolivie (13 Jeux olympiques d'été, 5 Jeux olympiques d'hiver). Pour la première fois, ce pays a joué aux Jeux olympiques en 1936. La Bolivie a de nouveau participé aux Jeux dès 1964. Il y a aussi eu une grande pause dans les sports d'hiver - de 1956 à 1992. Conscient que rien ne brille pour les athlètes ici, le pays a cessé de participer au programme d'hiver depuis 1992. Le résultat le plus élevé des athlètes boliviens est associé au nom de Maria Monasterio. Cette femme a pu gagner la 17e place à Pékin en 2008 à un âge plutôt inhabituel pour les haltérophiles - 38 ans.

Andorre (10 Jeux Olympiques d'été, 10 Jeux Olympiques d'hiver). Ce petit pays échoue également dans les programmes d'été et d'hiver. Andorre a participé à tous les Jeux Olympiques depuis 1976. Seuls des efforts réguliers ne suffisent pas, le pays manque cruellement d'athlètes de haut niveau. Andorre n'a qu'un seul top 20. En 1998, à Nagano, Vicky Grau a pu prendre la 19e place du slalom féminin. Mais dans le slalom géant, elle n'a pas pu terminer. Alors maintenant, les athlètes locaux devraient être égaux à cet indicateur.

Saint-Marin (13 Jeux olympiques d'été, 7 Jeux olympiques d'hiver). Ce pays a participé pour la première fois aux Jeux en 1960 à Rome, en Italie. L'équipe de Saint-Marin en 1980 était bien connue, mais pas pour le sport, mais pour des raisons politiques. Le pays a partiellement soutenu le boycott de l'Union soviétique, parlant non pas sous son propre drapeau, mais sous celui olympique. Mais tout de même, le voyage de l'athlète aux Jeux Olympiques, bien qu'il ait eu lieu, n'a pas rapporté de médailles. Mais donc à Saint-Marin, ils ont pu voir "leur" drapeau lors de la cérémonie de remise des prix. Mais Stefano Casali, 17 ans, a pu prendre la 24e place à une distance de 20 kilomètres en marche de course, ce résultat reste l'un des meilleurs pour Saint-Marin aux Jeux olympiques.

Monaco (20 Jeux Olympiques d'été, 8 Jeux Olympiques d'hiver). Cette principauté européenne peut être considérée comme la principale perdante des JO. Les débuts ont eu lieu en 1920, dans l'Anvers belge. En 1924, Julien Miedezin remporte une médaille de bronze pour son pays au concours ... d'architecture! Un prix pas si sportif a été décerné pour la conception du stade de Monte Carlo. Cependant, les médailles dans les concours artistiques n'ont rien à voir avec le sport. Depuis lors, la principauté se bat dur pour les récompenses olympiques. Même la participation en bobsleigh de Prince Albert II lui-même n'a pas aidé, sa meilleure réalisation a été la 23e place à Calgary.


Voir la vidéo: Les Olympiades des 6ème 2017


Article Précédent

Les maîtresses les plus célèbres

Article Suivant

Miroslava