Les réalisateurs les plus fous


Être réalisateur n'est pas un travail facile, mais extrêmement intéressant. Et les œuvres des meilleurs réalisateurs sont vues et discutées par des millions de téléspectateurs à travers le monde.

Pour réussir dans ce domaine, il faut être un véritable individualiste, concentré sur les résultats. Les meilleurs réalisateurs sont les vrais maniaques qui, voulant réaliser leur vision, transcendent toutes les lois du genre et font ce qu'ils jugent bon.

Bien sûr, il faut aussi du talent pour que les films soient de très haute qualité. Dans l'histoire du cinéma, il y a eu beaucoup de réalisateurs vraiment fous, avec une liste desquels nous vous suggérons de vous familiariser.

Howard Hughes (1905-1976). Howard Hughes est difficile à classer parmi les plus grands réalisateurs, mais en termes de folie créative, il n'était pas égal. Assez d'histoires sur les dernières années de sa vie - Hughes a poussé ses cheveux jusqu'à la taille, a vécu un reclus à moitié nu dans un penthouse, a fait pipi dans des bouteilles et les a alignées le long du mur. Certes, le pétrolier, millionnaire, aviateur et cinéaste était même avant cela considéré comme un fou. Tout a commencé en 1927, lorsque Hughes a vu Wellman's Wings. Cette cassette a même remporté un Oscar. Mais le millionnaire a en quelque sorte décidé qu'il pouvait faire un film encore meilleur. Hughes a créé Wings of Hell pour de l'argent fou. Les rôles principaux du film ont été joués par 40 avions de la flotte personnelle du millionnaire, tandis que les cascades exécutées dans le ciel étaient si dangereuses que pendant le tournage, trois cascadeurs ont été tués. Le film est devenu un événement, mais il n'a même pas payé commercialement. Bientôt, le magnat a fondé son propre studio "RKO", où toutes ses psychoses et phobies se sont épanouies. Le film de Scorsese "The Aviator" en parle. Et même si Hughes n'était pas nominalement le réalisateur de tous les films du studio, son influence se fait sentir sur tout ce qui y était produit dans les années 40-50. Par exemple, dans le film de 1957 "Jet Pilot", le millionnaire a personnellement poli les scènes dans lesquelles l'aviation a été occupée pendant sept ans. Ce n'est qu'alors qu'il a sorti le film, et l'opinion du réalisateur n'a intéressé personne. Le stade le plus élevé de la folie de Hughes a été le refus du pilote d'effectuer une voltige dangereuse dans "Hells Angels". Ensuite, Hughes s'est personnellement assis à la barre de l'avion, mais il ne pouvait pas sortir de la plongée, a conduit la voiture dans le sol. Et bien que le millionnaire ait subi un tas de blessures et ait presque perdu son œil, le lendemain, il était déjà, comme si de rien n'était, sur le plateau.

Cecil B. DeMille (1881-1959). Le réalisateur est souvent dépeint comme un tyran du plateau de tournage avec un mégaphone à la main. C'est exactement l'image qu'incarnait Cecil Blount DeMille. Une fois, il a dit à toute l'équipe de tournage que son objectif était de plaire au réalisateur lui-même, et tout le reste n'avait pas d'importance. Un jour, tout en discutant avec le patron des dépenses en extras pour une scène de bataille, Cecil a sérieusement suggéré de charger de vraies balles dans les armes. Après tout, il était possible de réduire les dépenses! Quand sur le tournage de "Samson et Delilah" l'acteur Victor Mature a refusé de combattre le lion édenté, le réalisateur a qualifié l'homme de "lâche pitoyable". L'actrice Paulette Goddard n'a plus jamais collaboré avec DeMille après avoir refusé de jouer dans la scène d'incendie mortelle dans "Undefeated". Certes, au crédit du réalisateur, il convient de noter qu'il n'a jamais demandé à ses acteurs de faire ce qu'il ne pouvait pas faire lui-même. Déjà à l'âge de 73 ans, DeMille a grimpé à une hauteur de 40 mètres lors du tournage des Dix Commandements pour vérifier la bonne installation de la caméra. Et bien que l'homme ait subi une crise cardiaque à cause de cela, il, à peine rétabli, est revenu au tournage une semaine plus tard. Dans l'un de ses films, DeMille a décidé de tourner la fusillade aussi précisément que possible. Et pour cela, il a décidé d'utiliser de vraies balles. Lorsque les acteurs ont fait allusion au danger, le réalisateur a déclaré: «Bien sûr! Mais c'est un film, comment tromper le public? Tout devrait être réel ici! "

John Ford (1894-1973). Le réalisateur est fier de n'avoir assisté à aucun de ses trois Oscars. La première fois, il a préféré pêcher, et la troisième, il vient de se saouler. Le collègue de Ford, John Capra, l'a appelé moitié saint et moitié diable. Cet Irlandais était un tyran, ce qui ne l'empêchait pas de rester un génie. Ford avait la confiance de tous ceux avec qui il travaillait, mais il exigeait lui-même une attention accrue. Avec les acteurs, il a parlé comme avec ses proches. Il pouvait être avec eux soit aimant et généreux, soit tyran, comme un chef de famille ivre. John Wayne a simplement été frappé dans le cul par le réalisateur juste pour des raisons d'éducation. Et il a fait pleurer Henry Fonda avec ses malédictions sur le tournage de Fort Apache. Maureen O'Hara, au gré du réalisateur, a battu John Wayne si fort dans le combat de The Quiet Man qu'elle s'est cassé le bras. Wayne pensait que toutes les bizarreries des cinéastes visaient uniquement à améliorer les compétences des acteurs. Ce n'est pas un hasard si dix d'entre eux, qui ont travaillé avec John Ford, ont reçu une nomination aux Oscars. Certes, le réalisateur se caractérise également par la caractérisation assez éloquente de Lee vanCleef: «John Ford était un salaud complet». Un exemple classique de folie est l'histoire de Henry Font sur le plateau de M. Roberts. Quand elle a signalé les erreurs au réalisateur, il a sauté de sa chaise et a frappé l'actrice à la mâchoire de toutes ses forces!

Russ Meyer (1922-2004). Toute la carrière de cet étrange réalisateur a été marquée par une obsession pour les gros seins féminins. Il avait même l'habitude de dire que si l'actrice nécessaire avec de tels paramètres n'est pas trouvée, il devra jouer aux cartes. Peut-être que la raison d'un tel amour pour le buste d'une femme réside dans l'enfance de Russ - sa mère l'a allaité presque jusqu'à la première année. Les films du réalisateur étaient très sociaux, avaient des connotations philosophiques profondes et présentaient la sexualité féminine de manière révolutionnaire. Mais le réalisateur est resté dans sa mémoire précisément à cause de son amour pour les gros seins. Meyer a même insisté pour que sur sa pierre tombale soit écrit: «Roi de la nudité, et j'étais heureux de le faire». Et pour la première fois, un désir aussi étrange de réalisateur est apparu lorsque, au milieu de la Seconde Guerre mondiale, il a perdu sa virginité avec une prostituée aux gros seins.

John Waters (né en 1946). Ils disent que si l'étrangeté pouvait être mesurée avec un instrument, alors Waters serait simplement hors échelle. Qu'il n'y a que son désir d'être une femme pour avoir la possibilité de se faire avorter. John a reçu son premier appareil photo en cadeau pendant 16 ans. Sur ce, il a tourné sa première photo avec le titre coloré "La vieille sorcière dans une veste en cuir noir". Et après avoir été expulsé de l'Université de New York pour avoir bu de l'herbe, Waters est retourné dans sa ville natale de Baltimore. Son ami d'enfance, un énorme travesti Devine, est devenu la muse du réalisateur. Waters a commencé à écrire, à filmer et à jouer dans des films véritablement art et thrash, enchanteurs et farfelus. Le réalisateur est devenu célèbre pour le fait que sur le tournage du film "Pink Flamingos", il a convaincu son ami Devine de manger des excréments de chien. Cela a rendu la scène plus convaincante.

Sam Peckinpah (1925-1984). Sam a admis que toute sa vie, il s'est senti comme un solitaire et un étranger. Le réalisateur a filmé des élégies calmes sur des gens comme lui, des gens d'un autre temps. La vie de Peckinpah était une continuation de ses films, et ses films étaient le reflet de la vision du monde qui l'entourait. Mais le réalisateur avait beaucoup à dire - il a vu les scènes sombres de la mort dans les champs de la Seconde Guerre mondiale. Dans leurs films, cela s'est transformé en une sorte d'ode à la violence, qui se déroule lentement. Sam a dit que pour lui, à de tels moments, le temps semblait s'arrêter. Le réalisateur s'est battu sans relâche contre les producteurs, les acteurs vedettes et les diktats des studios. Sur le tournage du major Dundee, le réalisateur a même attaqué Charltor Heston avec une épée. Tout le monde avait peur de gêner Peckinpah, et après avoir bu, il est devenu encore plus insupportable. Et si les médecins le menaçaient de mort si le directeur n'abandonnait pas l'alcool? Il a déclaré qu'il avait déjà fait son choix en faveur du vin. Un exemple classique de la sauvagerie sur le tournage de Wild Gang, Peckinpah voulait vraiment tirer sur un cheval pour lui donner l'air plus naturel d'être abattu sous le cavalier. Naturellement, le réalisateur était ivre à ce moment-là.

Kenneth Anger (né en 1927). Le réalisateur a choisi un pseudonyme difficile pour lui-même, car «colère» signifie «colère». On dit que Kenneth a décidé de prendre un tel nom de famille à l'âge de cinq ans. Difficile à croire, d'autant plus que le gourou des courts métrages expérimentaux a toujours aimé composer des fables sur lui-même, même s'il s'agissait d'un mensonge pur et simple. Comment pouvez-vous croire que la colère, enfant, a été proposée pour jouer dans l'adaptation cinématographique de 1935 de A Midsummer Night's Dream? Les petits films sont devenus de petits chefs-d'œuvre, ils sont saturés d'homosexualité effrénée et complexe, dans ces courts métrages il y a une attirance pour l'occulte triste. Comment pourriez-vous vous disputer avec le célèbre guitariste de Led Zeppelin Jimmy Page? En conséquence, Bobby Busolel, membre du gang de Charlie Manson, a écrit la bande originale de Lucifer Rising. Et en conséquence, la musique était écrite en général en prison, où le musicien purgeait une peine pour meurtre.

Edward Wood Jr. (1924-1978). Wood est entré dans l'histoire en 1980 avec le titre douteux de pire réalisateur de tous les temps. Mais Edward lui-même, tout au long de sa carrière, ferma simplement les yeux sur ses propres lacunes. Et son "Plan 9 de l'espace extra-atmosphérique" reste l'horreur la plus incroyable qui ait jamais fait son chemin sur les grands écrans. Dans ce film, le réalisateur a simplement pris et remplacé sa star principale, l'acteur Bela Lugosi, décédé sur le plateau, par le médecin de sa femme. Wood a estimé que le public ne remplacerait pas la différence. Le réalisateur lui-même a fait valoir que la foule considère comme fous ceux qui n'améliorent que l'incompréhensible pour la majorité.

David Cronenberg (né en 1943). Le réalisateur a déclaré qu'il ne fallait pas rechercher la moralité dans ses enregistrements, car il est canadien. Les films de Cronenberg présentent des biomachines humaines, des mouches mutantes et des parasites reproducteurs. Les principales obsessions du réalisateur sont la mort, le sexe et la haute technologie. Ils disent qu'après les films «Mad» et «Convulsions», Martin Scorsese lui-même a voulu rencontrer leur créateur afin de participer à plusieurs projets communs. Fait intéressant, extérieurement, Cronenberg ressemble à un homme joli et agréable, très intelligent. Mais il est capable, avec l'aide du cinéma, de faire la lumière sur tout ce qui se passe dans les recoins les plus sombres de l'esprit humain. Le contraste en lui-même est insensé - le réalisateur bien élevé et éloquent tourne des films remplis d'une violence malsaine. À un moment donné, Cronenberg a refusé de tourner "Top Gun", peut-être que c'est pour le mieux, sinon nous pourrions voir des personnages principaux complètement différents.

Michel Gondry (né en 1963). Enfant, Michelle avait des rêves assez étranges. Une fois, il a décidé qu'il était tout à fait possible de gagner de l'argent avec cela. Dans les films de Gondry, de nombreux fantasmes romantiques sont basés sur le thème des rêves et des souvenirs. Pendant de nombreuses années, le réalisateur français a enregistré ses rêves, essayant de faire correspondre ses images vives mais fragmentaires avec la réalité. Il est possible qu'il filme simplement ses visions nocturnes. Dans les films, le réalisateur utilise des effets auto-conçus, les utilisant pour montrer des ponts logiques entre les angoisses et les espoirs de ses personnages inhabituels. Gondry dit que beaucoup reste tacite en matière de relations humaines. Cependant, cela ne signifie pas que les émotions sont laissées de côté. Dans ses films, Gondry tente de montrer comment les gens deviennent lorsqu'ils tombent amoureux. La folie pour le réalisateur peut être considérée comme un collier à partir des ongles d'un bien-aimé décédé, fabriqué par lui comme souvenir.

David O. Russell (né en 1958). Selon ses collègues, David Russell est juste un égoïste fou. Dans son film "Three Kings", il s'est simplement moqué de la future star George Clooney. Et en filmant la comédie "Heartbreakers", le réalisateur semblait être devenu fou. Il s'est mis à nu sur le plateau, s'est frotté contre des hommes et des femmes et a exigé bruyamment de changer de ligne pendant les prises. L'imprudence du réalisateur s'est reflétée dans une vidéo sur YouTube, où il maudit assez vigoureusement l'actrice Lily Tomlin. Et une fois, Russell a même attrapé Christopher Nolan par la poitrine, qui voulait attirer Jude Law hors de Heartbreakers pour son Prestige.

Terry Gilliam (né en 1940). Gilliam est sceptique quant à l'industrie cinématographique moderne, ouvertement méprisant le système généralement accepté à Hollywood. Pendant longtemps, le réalisateur s'est battu avec Universal pour le droit de finaliser le Brésil. Il a comparé le "sauvetage" de la bande par les patrons au meurtre et aux tentatives de couper le bras ou la jambe de son enfant. En conséquence, le réalisateur a gagné. Mais avec "Les Aventures du Baron Munchausen", il eut moins de chance. Le rusé Gilliam est tombé entre les mains de producteurs encore plus rusés, les frères Weinstein. La photo est donc sortie plutôt étrange. L'acte insensé de Gilliam peut être considéré comme une commande d'annonce dans le magazine Variety, où le producteur a été demandé en gros caractères: «Cher Sid Sheinberg, quand publieras-tu mon film Brésil?

Roman Polanski (né en 1933). Il est étrange que le réfugié le plus célèbre du cinéma mondial ait généralement conservé au moins les signes extérieurs de prudence. Mais Roman a perdu sa mère dans un camp de concentration et sa femme enceinte est morte des mains du maniaque Charlie Manson. Désormais, le directeur est exclusivement motivé par son salaire. Son amour du travail passe avant tout, dépassant même une passion pour le sexe. Il a ruiné la réputation de Polanski. En 1977, il a été accusé d'avoir violé une fille de 13 ans, mais après avoir été condamné, le réalisateur polonais a fui l'Amérique pour l'Europe. Il n'a jamais reçu de permis pour entrer aux États-Unis. Parmi les actions insensées du réalisateur sur le plateau, on peut se rappeler le cas où il a arraché un cheveu supplémentaire de la tête de Feng Dunaway sur le plateau de Chinatown. Certes, l'actrice a plus tard remboursé Polanski en entier en lui jetant une tasse d'urine.

David Lynch (né. Ce réalisateur a pu montrer qu'un endroit merveilleux est l'esprit humain, parfois il peut se transformer en trou noir. Extérieurement Lynch est assez gai, amical, quoique excentrique. Il a les mains d'un musicien de jazz et une étrange habitude de porter une paire de cravates à la fois. Mais les films de Lynch le révèle comme un fétichiste somnambuliste instable mentalement. Bien que le réalisateur pratique la méditation transcendantale, dans ses films il plonge dans les profondeurs mêmes de la conscience humaine, explorant les différentes formes de peur et de désir. Peut-être que ce n'est pas si grave que Lynch's Dune se soit avéré être comme ça gris, ce qui l'a effrayé du courant dominant. Le réalisateur a sa propre théorie absurde, «l'œil du canard». Il affirme qu'en travaillant sur un film, le torse, les jambes et le bec peuvent être enlevés des millions de fois, mais les yeux sont un problème. et les meilleurs films de Lynch sont difficiles, mais des questions restent dans ma tête. »Le désir insensé de Lynch de nommer Laura Dern pour l'Oscar a conduit à l'apparition d'une bannière sur une vache:« Sinon pour fromage, il n'y avait pas Inland Empire (titre du film).

Ken Russell (1927-2011). Au fil du temps, le réalisateur est arrivé à la conclusion qu'il était simplement fatigué de la réalité. Russell est appelé le directeur-roi. Il a submergé tout le monde avec son talent, forçant tout le monde à se soumettre à son tempérament lourd. En conséquence, les acteurs ont ressenti le besoin de tout abandonner dès le premier jour de tournage, car leur estime de soi a radicalement changé.Russell n'avait pas peur de laisser les étoiles nues dans la boue froide ("Women in Love") ou de dresser un troupeau de rhinocéros maléfiques contre eux ("Other Persons"). Les acteurs se sont rasé la tête et ont bu de l'absinthe jusqu'à l'apparition d'hallucinations. Russell a tellement fait peur aux patrons de Warner Brothers avec son film religieux The Devils qu'ils refusent toujours de publier ce film. Et dans son court métrage insensé "Kitten for Hitler", le réalisateur a montré comment un garçon qui a envoyé un cadeau de Noël au Führer s'est transformé en abat-jour.

Tim Burton (né. Le célèbre réalisateur a toujours été attiré par ces cultures où le culte de la mort est plus important que la vie. Burton est célèbre pour son style gothique étrange. En fait, ce n'est pas seulement une envie de travailler dans ce sens. Le réalisateur ne semble tout simplement pas savoir faire des films simples. a essayé de travailler dans le grand public, puis a failli se noyer avec un simple remake de «La planète des singes». Beaucoup mieux à créer, incarnant sa vision caricaturale de la réalité - ce n'est pas en vain qu'il a travaillé au studio Disney en tant qu'animateur au début de sa carrière. Maintenant, le réalisateur crée des mondes surréalistes inhabituels. Burton constamment bouleverse les genres traditionnels, parfois en faisant des parodies (Mars Attacks! et Pee-Wee's Big Adventure), ou en stylisant sombrement l'horreur (Sleepy Hollow, Sweeney Todd). Cependant, la première partie de la tétralogie est considérée comme le meilleur film de Burton. à propos de Batman. Dans ce document, le réalisateur a pu combiner la théâtralité des années 60 et la psychologie sinistre de la bande dessinée originale. En conséquence, un peu non conventionnel et un film de super-héros important comme Hollywood n'a jamais vu. Le summum de la folie pour Burton a été de faire équipe avec Johnny Depp pour le tournage du remake obscurément ringard de Charlie et la chocolaterie. Dans ce document, Willie Wonka est devenu une sorte de monstre acide.

Francis Ford Coppola (né en 1939). Le grand maestro a dit qu'il est impossible de créer des œuvres d'art sans le risquer. C'est comme essayer d'avoir des enfants sans avoir de relations sexuelles. Coppola, d'un côté, est un père de famille exemplaire, de l'autre, un génie psycho narcissique. Le réalisateur a joyeusement annoncé sa folie après 16 mois de tournage Apocalypse Now. Dans la jungle, la grande équipe avait assez d'argent et tout le reste, en conséquence, elle a commencé à devenir lentement folle. Avant de tourner cette saga vietnamienne, Coppola a créé sa propre société, American Zoetrope, à San Francisco. Avec son aide, il a percé le mur du studio, laissant la place aux jeunes geeks des années 70. Dans les années 80, Coppola s'est éloigné du courant dominant, expérimentant des stylisations ("From the Heart" et "Rumble Fish"). Cependant, le public n'a pas compris de telles tentatives. Alors pour l'argent, Coppola a loué un pauvre "Jack". Et il est trop tôt pour radier le réalisateur - en 2007, il est revenu avec le film "Jeunesse sans jeunesse". Certes, au fil des ans, Coppola ne va pas mieux. La folie du réalisateur, entièrement filmée en studio, est la comédie musicale romantique From the Whole Heart. Coppola a donc essayé de minimiser les coûts. Mais le budget est encore passé de 2 millions à 25 millions, ce qui a fait faillite le directeur.

William Friedkin (né en 1935). Même avant la sortie du film "Whore", dans ses meilleures années, Fridkin était connu comme l'enfant difficile de New Hollywood. Il voulait cracher sur le studio et les critiques. Lors du tournage de L'Exorciste, Friedkin a littéralement enlevé l'âme de ses actrices Linda Blair et Ellen Burstyn. Et le révérend O'Malley l'a en fait eu dans la mâchoire pour décrire la réaction nécessaire dans ce plan. Pour le réalisateur, toutes sortes d'effets spéciaux n'étaient pas nécessaires, il a gelé la chambre dans le film pour que de la vapeur s'échappe de la bouche de toute l'équipe de tournage. Mais grâce à des méthodes aussi efficaces, le film s'est avéré vraiment passionnant. Un exemple de folie était le tir en l'air sur le plateau, qui a également aidé Jason Miller à avoir une expression surprise sur son visage. Filmer les poursuites avec Fridkin était un vrai cauchemar! Pour le "Svyaznoy français", il a obtenu, à l'aide d'un banal pot-de-vin, le droit de filmer une poursuite rail-route. En conséquence, presque toute la scène a été filmée à partir d'une voiture roulant à 130 km / h pendant 26 blocs. La prochaine fois sur le tournage de "Vivre et mourir à Los Angeles", le réalisateur a passé un mois et demi à filmer une poursuite de manœuvre dans la voie en sens inverse dans la circulation urbaine.

Stanley Kubrick (1928-1999). Kubrick est devenu célèbre comme un ardent perfectionniste. Il admirait le jeu des acteurs, les obligeant à faire de plus en plus de prises. Sur le tournage de The Shining, Scatman Crovers a prié pour recevoir 40 fois de Jack Nicholson avec une hache dans la poitrine. Les acteurs ont soupiré qu'un si long travail sur des scènes sans aucun progrès était simplement démoralisant. Ce n'est pas un hasard si Tom Cruise a même développé un ulcère sur le tournage d'Eyes Wide Open. Kubrick lui-même avait le droit de piloter l'avion, mais il avait peur de voler, car il a entendu une fois les conversations des contrôleurs aériens. Le réalisateur n'a pas parcouru plus de 60 km / h, et lors du transport d'un film avec un film, il s'est même assis derrière le monteur et s'est caché derrière lui. Au cours de la campagne de promotion 2001 Space Odyssey en Amérique, pas un seul plan du film n'a été utilisé - Kubrick doutait que l'impression en noir et blanc soit capable de transmettre les nuances de couleur au degré souhaité. Le réalisateur a conclu un accord lucratif avec Warner Brothers, qui s'est traduit par 40% de tous les bénéfices et un pouvoir sans précédent pour construire d'énormes pavillons ou interdire la distribution de ses films dans certains pays. Bien que les acteurs se soient plaints de Kubrick, les fins justifiaient les moyens. Les films du grand réalisateur sont devenus le reflet complet de son monde intérieur et ceux qui l'entouraient ont reçu une expérience inestimable. Malcolm McDowell a rappelé qu'il avait été touché aux côtes sur le tournage de A Clockwork Orange et avait failli se noyer dans un ragoût froid. Je me souviens aussi de la célèbre scène dans laquelle l'acteur était obligé de ne pas cligner des yeux, serrant ses cils avec de terribles structures mécaniques. En conséquence, McDowell a eu une cornée égratignée et une tache sous l'œil, et le réalisateur a demandé à prendre quelques prises de plus, "permettant" d'utiliser l'autre œil.

Werner Herzog (1942). Ce réalisateur se dit soldat du cinéma. En effet, sur 45 ans de sa carrière, il a visité les parties les plus différentes de la planète, dans la jungle, sur un volcan, des glaciers. À la recherche de sa vérité, Herzog est allé aux extrêmes comme personne d'autre. Dans Aguirra, la colère de Dieu, il a placé le bateau sur un arbre, à Fitzcarraldo, il traînait déjà le bateau à travers les montagnes. Il semble que plus la tâche est difficile, plus elle est intéressante pour le réalisateur. Dans ses films, il cherche la vérité, négligeant les faits nus et descendant dans des mondes irréels. Herzog est devenu le leader du nouveau cinéma allemand des années 70. Il a beaucoup voyagé et à 32 ans, il a même marché de Munich à Paris pour rendre visite à un ami malade. Herzog se distingue par son indifférence au danger. Lorsqu'il a été abattu à Los Angeles, il a calmement déclaré que la balle ne signifiait rien. Et quand Herzog a entendu parler d'un paysan refusant de quitter la pente d'un volcan en réveil, le réalisateur est immédiatement allé tourner un film à ce sujet. C'est bien qu'il n'y ait pas eu d'aboutissement, sinon au nom de l'art, toute la petite équipe des équipes de tournage pourrait périr. Le réalisateur a même visité le pôle Sud, filmant un documentaire non pas sur les pingouins, mais sur la folie et la trahison. Et le réalisateur fou a choisi les acteurs pour correspondre. Le meilleur «ennemi» était Klaus Kinski. Il a parfaitement réussi le rôle de maniaques narcissiques, marmonnant toujours quelque chose. Et si le réalisateur et l'acteur menaçaient constamment de s'entre-tuer? Pendant le tournage d'Aguirre, Klaus Kinski a décidé de quitter le plateau, mais le réalisateur a sorti un pistolet et a promis de tirer 8 balles sur l'acteur, et la dernière sur lui-même. Et puis Kinski s'est rendu compte que Herzog ne plaisantait pas. Il a lui-même ajouté plus tard que ce film était beaucoup plus important que quelques vies humaines. Herzog dit qu'il est facile avec des personnes douées, mais la plupart des stars ne travailleraient pas avec lui. Qui accepterait de tourner dans une cassette à petit budget, et même au péril de sa vie? Mais Christian Bale a accepté de perdre du poids, comme un squelette pour le "Machinist", et pour "Saving Dawn", il était même prêt à manger un serpent vivant. Tout s'est terminé par une lutte sérieuse et une morsure d'acteur à l'épaule. Bale lui-même dit qu'Herzog peut l'emmener en enfer et le ramener. C'est incroyable que le réalisateur tente d'accompagner ses acteurs dans ce voyage. Bale a perdu 25 kilos, et Herzog, par solidarité, 13!


Voir la vidéo: Le Pire Stagiaire: le garagiste inédit


Article Précédent

Askold

Article Suivant

Les cauchemars les plus courants