Les tentatives d'assassinat les plus étranges contre des politiciens


Le meurtre est une opportunité réelle, bien que terrible, de faire avancer les choses. Mais leur propre destin et la vie d'une autre personne arrêtent-ils ceux qui rêvent de changer le destin du monde? Il n'est pas surprenant que des politiciens de différents niveaux soient constamment visés par des maniaques, des terroristes et même simplement des compatriotes aigris.

Mais les services secrets ne dorment pas non plus, identifiant et attrapant constamment ceux qui ont conçu la tentative. Parlons plus en détail de ces curieux cas de chasse aux politiciens.

Adolf Gitler. Ce dictateur peut discuter du degré de son influence perverse sur l'histoire de l'humanité avec n'importe quel tyran de l'histoire. Et bien qu'Hitler ait réussi à unir la nation, beaucoup ne l'ont pas aimé même de son vivant. Ce n'est pas un hasard si le Führer allemand a survécu à pas moins de 42 tentatives d'assassinat, devenant finalement même invulnérable. L'incident le plus inhabituel s'est produit en 1938. Georg Elser était un tourneur, charpentier, ex-communiste, mélomane qui jouait de la contrebasse. Au moment où la tentative d'assassinat a été organisée, il était un riche bourgeois qui travaillait dans une usine. Mais Elser croyait qu'Hitler opprimait la classe ouvrière et conduisait le pays dans une nouvelle guerre. En conséquence, le travailleur a décidé de tuer le dictateur. Elser a appris qu'Hitler visitait chaque année la brasserie Bürgerbreukeller à Munich, où se tenait la célébration annuelle de la montée au pouvoir des nazis. Elser s'y est rendu et était convaincu qu'Hitler était vraiment venu à l'institution le 8 novembre. Pendant six mois, le travailleur a progressivement volé des explosifs dans la production, créant une bombe. Mais la tentative de trouver un emploi dans un pub a échoué, après quoi Elser a continué à réapprovisionner ses fournitures mortelles. Bientôt, le terroriste a déménagé à Munich et a commencé à passer chaque dîner dans le café convoité. Chaque jour avant la fermeture, Elser se cachait dans un café, attendait le départ des domestiques et, la nuit, il martelait une dépression dans une colonne de bois. Le terroriste a été très patient et a travaillé comme ça pendant trois mois entiers. Une puissante bombe à retardement était prête et prête pour les 21 et 20 novembre. Elser n'a pas pris en compte une chose - c'est cette année qu'Hitler a refusé d'assister au festival. Et le travailleur lui-même a été arrêté alors qu'il tentait de quitter le pays à la hâte. Elser avait l'air douloureusement méfiant. La bombe qui a explosé a tué six nazis, et le terroriste le plus malchanceux avait une carte postale dans sa poche avec l'image du même pub. Et bien qu'Elser n'ait pas admis sa participation, sa culpabilité a été prouvée. Le terroriste, étonnamment, n'a pas été abattu, mais a décidé de réserver pour un procès triomphal à Londres capturée. Quand il est devenu clair que c'était une utopie, le pauvre homme a été simplement oublié. Elser a passé six ans dans les camps et a été abattu en avril 1945, lorsque les nazis ont détruit le camp de concentration de Dachau.

Armes anales. Il est facile de tuer avec des explosifs, mais il doit d'abord être habilement caché. Pour cela, diverses astuces ont été utilisées. Par exemple, ils ont tenté à plusieurs reprises de faire exploser des politiciens avec une bombe cachée dans un bouquet de fleurs. Mais tout le monde a été dépassé en août 2009 par Abdullah al-Aziri, soit dit en passant, le frère cadet de la principale démolition d'al-Qaïda en Arabie. Le terroriste s'est rendu compte qu'il lui serait très difficile de vaincre les gardes du prince d'Arabie saoudite. Puis il a décidé de faire exploser son ennemi avec une bombe placée dans son propre anus. Le résultat était triste et curieux à la fois. Le politicien lui-même n'a subi que des blessures mineures, mais Abdullah a été littéralement mis en pièces. Apparemment, dans un endroit aussi inhabituel, la bombe s'est comportée de manière imprévisible.

Georg Jenach. Pour la plupart d'entre nous, le nom de ce Suisse reste inconnu, mais dans son pays, il est pratiquement un héros national, symbole de l'indépendance de l'Etat face aux revendications extérieures. Mais Yenach est devenu un héros plus tard, grâce à des histoires romantiques. Très probablement, il se battait simplement pour le pouvoir. Dans le même temps, Yenach n'a pas hésité à torturer ses ennemis, les tuant personnellement avec une hache, malgré les protestations des prêtres. Et si le «héros» était à l'origine un protestant ardent, cela ne l'a pas empêché de prendre le parti des catholiques au fil du temps. Il n'est pas surprenant que la personnalité du politicien soit si ambiguë qu'il a littéralement mendié le meurtre. Mais en Suisse, qui fournissait des mercenaires à toute l'Europe médiévale, cela ne posait aucun problème. C'est pourquoi la mort de Georg Jenach n'a surpris personne, la seule chose inattendue était qu'il a été piraté à mort par un homme en costume d'ours. Et il y a eu une tentative d'assassinat pendant le carnaval de la ville. En ce jour férié au Moyen Âge, beaucoup ont été tués, car l'identité du criminel est difficile à établir. Jenach a décidé de faire une pause en commandant une chambre séparée dans l'une des tavernes. Au milieu de l'amusement, un groupe de personnes masquées a frappé sur la pièce, et avec eux il y avait aussi un énorme ours momifié. Les arrivants avaient des armes à la main et une hache était également devinée sous la peau de l'ours. Les invités ont demandé à Yenach l'autorisation de s'asseoir avec lui. Soudain, il accepta. Ici, l'ours a tendu sa patte au propriétaire pour une poignée de main. Lorsque Yenach a donné sa main en réponse, il a reçu une balle dans l'estomac avec un pistolet caché dans sa manche. Et puis toute l'entreprise a tiré son épée et a commencé à couper et à poignarder. Le héros suisse, même blessé, a longtemps combattu ses ennemis avec un candélabre, devenant finalement la première victime d'un ours avec une hache et un pistolet de l'histoire.

Vladimir Lénine. Aujourd'hui, Lénine ressemble certainement au chef de la jeune nouvelle Russie. Et en 1917-1918, Léon Trotsky était considéré comme le chef du parti le plus influent. C'est précisément la lutte pour le pouvoir au sein du parti qui explique la tentative la plus célèbre contre la vie de Lénine. Après tout, immédiatement après la révolution, le cours des bolcheviks ne convenait pas à tout le monde, parmi lesquels se trouvait la révolutionnaire sociale Fanny Kaplan. Cette tentative d'assassinat laisse encore beaucoup de questions, car elle a permis de punir rapidement les coupables sans vraiment comprendre. Il y a encore un débat féroce sur la question de savoir si Kaplan a tiré, si elle était une révolutionnaire socialiste. Mais ce plan semble assez étrange - la tentative a été confiée à une femme à moitié aveugle, qui, de plus, a dû tirer sur une foule d'ouvriers, les associés de Lénine. Mais l'expérience pratique du terrorisme de Kaplan s'est limitée à une tentative infructueuse d'assassinat du gouverneur général en 1906. Puis la bombe a explosé au moment de l'arrestation de la révolutionnaire, ce qui a conduit à sa cécité. Selon la version officielle, deux des trois balles de Kaplan ont touché Lénine - l'une dans le cou, l'autre dans le bras. Ils ont même écrit que le terroriste insidieux avait même empoisonné les balles avec du poison, mais cela ne peut plus être prouvé. Fanny Kaplan a immédiatement abandonné, n'a rien admis et a rapidement disparu. On ne sait même pas si elle a été abattue ou brûlée dans un tonneau de fer. Mais après la tentative d'assassinat, Lénine s'est rétabli étonnamment rapidement et a immédiatement procédé à des représailles contre les opposants politiques, proclamant la «Terreur rouge».

Agrippina. Cette femme est entrée dans l'histoire en tant que mère de Nero. Au tout début de notre ère, l'Empire romain a été déchiré par les clans dans la lutte pour le pouvoir. Nobles entrecoupés d'orgies de guerres et de mariages de complaisance. Alors Néron, 16 ans, à peine devenu empereur, a d'abord pensé à tuer sa propre mère. Agrippine était la soeur rusée et dominatrice de l'empereur Caligula, dans le meurtre duquel elle était d'ailleurs impliquée. La mère de Néron conserva une influence considérable, de sorte que le jeune empereur s'efforça de se débarrasser d'elle sous le couvert d'un accident. Le bon vieux poison a été essayé en premier. Mais trois tentatives ont échoué, car l'intrigant expérimenté mangeait abondamment d'antidotes. Mais Nero a décidé de ne pas reculer. C'était un dirigeant plutôt excentrique, ses plans de meurtre sont devenus si sophistiqués qu'ils ont même commencé à paraître ridicules. Néron ordonna donc de créer un mécanisme ingénieux censé abaisser le plafond de la chambre d'Agrippine à la première personne à s'allonger sur le lit. Seulement, selon la tradition romaine antique, le lit de l'hôtesse était toujours réchauffé par un esclave à l'avance. Ensuite, l'empereur a proposé une autre arme de crime ridicule et complexe - un navire autodestructeur. Néron a invité sa mère à la célébration et a ordonné d'endommager secrètement son bateau, alors Agrippina a dû accepter de revenir sur un cadeau de son fils. Et puis Nero ne s'est pas trahi - le navire avait également un plafond qui tombait rempli de plomb. L'implication était que la femme, si elle n'était pas écrasée, se noierait. Et encore une fois la fin attendue - le plafond a tué tout le monde sauf Agrippine et sa femme de chambre. Après tout, il y avait un lit solide avec un dossier haut sur le navire. Et le fond coulissant du navire a refusé de s'ouvrir sous la pression de l'eau. Il est arrivé au point que les marins ont manuellement commencé à balancer le bateau, jetant les femmes à l'eau. Mais Agrippina vient de nager jusqu'au rivage, heureusement qu'elle était plongeuse dans le passé. Nero a réalisé qu'il ne serait pas possible de tuer sa mère de manière créative et a simplement ordonné qu'elle soit poignardée dans son lit. La nuit du meurtre, Néron a brûlé le corps de sa mère et le Sénat a ouvertement félicité l'empereur de s'être débarrassé de l'ennemi. Mais l'image d'Agrippine a commencé à hanter le tueur la nuit, il a même engagé des magiciens persans pour calmer sa conscience.

Qin Shi Huang. C'est un empereur culte pour la Chine. Même son propre nom est assez significatif et se traduit par «le premier empereur de la dynastie Qin». Certes, elle n'a été au pouvoir que pendant 15 ans, dont 11 sont tombés sur le fondateur lui-même. Mais Qin Shi Huang Ti a été le premier à unir la Chine et à créer un seul pays avec un système de gouvernement central et des lois. Cet empereur a construit la Grande Muraille de Chine, ainsi qu'un réseau routier à trois voies d'une longueur totale de 7500 kilomètres. La bande centrale était réservée exclusivement à l'empereur. Il a été enterré dans une tombe géante top-secrète entourée par l'armée de terre cuite. Cependant, l'unification de la Chine signifiait une répression sévère de tous les mécontents. Il n'est pas surprenant qu'il y en ait eu beaucoup qui voulaient tuer l'empereur. L'un d'eux, un ancien aristocrate Gao Tsznyay-Li, a réussi à s'échapper après une tentative d'assassinat infructueuse. Il s'est caché, d'abord il était vendeur de vin, puis il a maîtrisé l'art de jouer du luth. Et il s'est avéré que le conspirateur avait un bon talent musical. La renommée de ce joueur de luth s'est répandue dans tout l'empire. Le célèbre musicien a même été invité à jouer lui-même Qin Shi Huang. On ne sait pas sur quoi le terroriste comptait en général, car il a été immédiatement reconnu. Certes, l'empereur, touché par le jeu de Gao, a décidé de lui pardonner, mais a ordonné que les deux yeux soient arrachés. Mais le musicien a été emmené pour servir dans le palais. Au fil du temps, l'empereur s'est attaché au vieil ennemi et a même commencé à lui faire confiance. Le joueur de luth a été autorisé à rendre visite à Qin Shi Huang en personne, sans protection et à jouer à quelques pas de lui. C'est alors que Gao a conçu un plan de vengeance. Il n'a rien inventé de sophistiqué, il a simplement mis quelques morceaux de plomb dans son luth et est allé tuer l'empereur. S'approchant de lui plus près, le joueur de luth a balancé et a frappé à l'endroit où Shi Huang était censé s'asseoir. Cependant, Gao n'a pas tenu compte du fait que le luth est une mauvaise arme et que sa cécité n'est clairement pas un allié. Après tout, il n'y a pas si longtemps, le dirigeant était capable de tuer personnellement un tueur voyant. Le terroriste aveugle malchanceux a été capturé et rapidement exécuté, et l'empereur, comme on dit, a finalement été déçu par les gens.

Reinhard Heydrich. Ce leader nazi a mauvaise réputation. Après tout, il a dirigé le Service de sécurité impérial, derrière la création des camps de la mort. Heydrich n'était pas aimé, même ses amis proches l'appelaient "une chèvre" pour sa voix mince et son visage allongé. Même au nom de l'opération de destruction de Heydrich, il y avait de la haine. Selon le plan de l '"Anthropoïde", il était censé tirer sur un fasciste dans sa voiture simplement et sans fioritures. Après tout, Heydrich a préféré se passer de gardes et a fait le tour de Prague occupée avec un seul chauffeur. La résistance tchèque, avec les Britanniques, a organisé une tentative d'assassinat, le plan semblait simple et réussi. Mais pour sa mise en œuvre, deux soldats courageux mais ordinaires ont été sélectionnés, à la hâte, formés. Yak Kubisch et Josef Gabchik ont ​​réussi à transformer le meurtre en un véritable numéro de cirque. Ils ont pris une mitraillette, deux pistolets et une bombe. Bientôt, un complice a signalé l'approche d'une Mercedes nazie. Lorsque la voiture a ralenti à côté des terroristes, Gabchik a sorti une mitrailleuse et a constaté que son mécanisme était obstrué par de l'herbe! Il l'a ramassé pour ses lapins et, pour une raison quelconque, l'a mis au même endroit que l'arme démontée. Les Tchèques et Heydrich sont tombés dans la stupeur. Puis le fasciste reprit ses esprits, mais au lieu de partir rapidement, il sortit son pistolet, pointa Gabchik et découvrit que le Walter n'était pas chargé! Kubish a essayé de corriger la situation, qui a sorti une bombe et l'a jetée dans la voiture. Cependant, le terroriste a réussi à manquer, et la bombe n'a touché que légèrement l'aile arrière. À la suite de l'explosion, non seulement Heydrich a été blessé, mais aussi Kubis lui-même, qui a été touché à la tête par des fragments. À ce moment-là, les Allemands ont repris conscience, mais au lieu de partir, ils ont poursuivi les assaillants. Et ceci malgré le fait que les nazis n'avaient pas d'armes! Kubish a sauté sur le vélo caché et a dévalé la colline. Le chauffeur a poursuivi le Tchèque et l'a même rattrapé à la boulangerie. Mais là, Gabchik s'est souvenu qu'il avait un pistolet, qu'il a tiré sur le conducteur et qu'il s'est aussi enfui. À la suite d'une tentative d'assassinat aussi ridicule, Heydrich a été laissé saigner à mort avec son chauffeur. Les pilotes tchèques n'étaient pas désireux d'aider les SS. Ce n'est que lorsque la police a arrêté le camion que le nazi blessé a été conduit à l'hôpital le plus proche. Mais trop de temps passa et la tempête des Juifs mourut à l'hôpital. Kubish et Gabchik n'ont pas réussi à survivre à la guerre, ils sont morts au combat, trahis par leurs propres participants à la résistance.

Tentative d'assassinat en toute sécurité. Parfois, les atteintes à la vie et à la liberté des politiciens peuvent sembler très inoffensives. C'est exactement ce qui est arrivé à Michael Fagan, père de quatre enfants âgé de 30 ans. Il a réussi à deux reprises à entrer librement dans le palais de Buckingham, c'est-à-dire la maison de la reine d'Angleterre. D'abord, il est entré avec un tuyau de vidange. Mais l'insolent a été remarqué par la bonne. Après que les gardes n'aient trouvé personne, tout le monde a décidé que l'alarme était fausse. Et Fagan est monté dans le palais par le grenier et a commencé à marcher sans but autour de la demeure royale. Le coupable s'est assis sur le trône, a goûté divers plats et a même regardé à travers les cadeaux que la princesse Diana a préparés pour son fils William. Puis Fagan est devenu ringard et ennuyé et est rentré chez lui. Étonnamment, tous les détecteurs de sécurité qui auraient pu détecter l'intrus ont été cassés. Lors de sa prochaine visite, l'Anglais est tombé sur un détecteur en état de marche, mais les gardes ont pensé que l'alarme avait mal fonctionné et l'ont simplement éteinte! Le criminel déjà ivre a non seulement cassé le plateau en verre, mais est également entré dans la chambre de la reine. Elle a commencé à appeler la police, qui n'est jamais arrivée. En conséquence, Fagan a demandé à la femme de chambre des cigarettes, les a reçues et a commencé à attendre son arrestation. Et ce n'est pas du tout le service de sécurité qui a fait cela, mais un serviteur non armé. Le garde à ce moment promenait le chien de la reine et il n'était pas dans le palais. À la suite de ces aventures incroyables, Fagan a été accusé d'avoir volé une bouteille de vin (l'accusation a ensuite été abandonnée) et condamné à six mois d'observation psychiatrique. Et en Angleterre même, une nouvelle loi est apparue, selon laquelle entrer dans le palais royal est désormais considéré comme une infraction pénale.

Luis Carrero Blanco.Ce politicien était censé diriger l'Espagne après le célèbre dictateur Francisco Franco. Après la fin de la guerre, le leader initialement fasciste a réussi à maintenir des relations avec l'Occident et l'Union soviétique. Franco a donné l'Espagne à son successeur comme un État entièrement européen. Mais il n'a pas vraiment eu le temps de diriger Blanco - les militants basques de l'organisation ETA ont décidé de le tuer du vivant de Franco. Peut-être avaient-ils l'intention de frapper ensuite d'autres dirigeants du pays. Mais à la suite d'une telle tentative d'assassinat, le roi Juan Carlos I a commencé à diriger le pays. En 1973, quatre militants de l'ETA ont décidé d'assassiner Blanco, alors Premier ministre. Ce plan s'appelait "Cannibal" et dans le degré de sa folie pouvait rivaliser avec les projets de Néron. Les terroristes ont passé une année entière à se préparer. Pendant ce temps, ils ont acquis un tas d'armes inutiles, ont vécu de nombreuses aventures, ont pu échouer à plusieurs vols et ont généralement fait beaucoup de choses qui n'avaient rien à voir avec le plan original. Les Basques, à côté de la rue le long de laquelle le politicien se rendait souvent à l'église, louaient une salle au sous-sol. En même temps, ils se font passer pour des étudiants sculpteurs. Après cela, les terroristes ont commencé à creuser un tunnel sous la rue, sans se soucier d'apprendre comment cela se fait généralement. On a immédiatement découvert que les pics apportés du village étaient trop gros pour se balancer sous le sol. En peu de temps, l'un des creuseurs a annoncé qu'il était claustrophobe. Et comment avait-il prévu de creuser un tunnel avec elle? Les murs et le plafond ont commencé à s'effriter et à ramper constamment dans le processus de sape. De plus, des gaz étrangers et des drains sont apparus dans le tunnel. C'est bien qu'un des terroristes ait réalisé l'absurdité des emplois non préparés et ait acheté un emploi dans une librairie pour construire des tunnels. Et bien que les techniques décrites là-bas n'étaient pas tout à fait adaptées à de si petites fouilles, les Basques ont au moins pu arrêter les glissements de terrain. Seul le livre ne dit rien sur l'intoxication au gaz ordinaire. Mais les difficultés n'ont pas arrêté les braves hommes et, au bout d'une semaine, ils ont fini de creuser. Curieusement, mais une tentative d'assassinat aussi absurdement préparée a été couronnée d'un succès retentissant. Alors que la voiture de Blanco traversait le tunnel, des terroristes déguisés en électriciens ont tiré un détonateur sur un tas d'explosifs cachés sous terre. L'explosion s'est avérée si puissante que la voiture du politicien a survolé cinq étages. La voiture survola le toit de l'église d'où Blanco revenait et atterrit sur la terrasse de l'autre côté. Le premier ministre et son chauffeur ont été tués sur le coup. L'Espagne s'est dirigée vers une monarchie constitutionnelle, et les Basques tentent toujours d'obtenir l'indépendance par crochet ou par escroc.

Fidel Castro. L'Amérique a très peur de la peste communiste rouge. C'est pourquoi l'apparition de la fière petite Cuba juste à côté d'elle était un défi. Ce n'est pas un hasard si les services de renseignement américains ont fait des efforts répétés pour assassiner le chef du pays communiste, Fidel Castro. Comme vous pouvez le voir, toutes les tentatives ont échoué et le politicien déterminé a conservé son pouvoir. Les talents de Fidel méritent le respect si vous découvrez même combien de tentatives d'assassinat ont été planifiées. Les Britanniques ont même réalisé un documentaire intitulé 638 Ways to Kill Castro. Cela suggère qu'en moyenne, pendant un demi-siècle, ils ont tenté de tuer le dirigeant cubain une fois par mois. Il a pu survivre à 15 fois plus de tentatives d'assassinat qu'Hitler lui-même. Par exemple, presque le plan le plus célèbre consistait à tuer le Comandante avec un cigare explosif. En 1966, un agent de la CIA déguisé en policier de New York a tenté de la soigner à Castro lors de sa visite à l'ONU. Mais le cubain prudent était en alerte. À une autre occasion, il a été décidé d'utiliser l'amour du chef pour la plongée. Tirer sur Castro avec une arme sous-marine ou couper son tuyau d'oxygène est facile. C'est pourquoi la CIA a décidé de donner au Cubain une combinaison spéciale infectée par un champignon mortel. Et après l'échec, tout un lot de moules a été acheté et rempli d'explosifs. D'autres tentatives d'assassinat étaient liées à une tentative de remettre à Castro un stylo à bille avec une aiguille toxique et un mouchoir contenant des bactéries mortelles. En conséquence, les Américains ont perdu confiance dans leurs tentatives de tuer le Comandante qu'ils ont commencé à planifier au moins pour le priver de sa célèbre barbe. Mais Castro est toujours vivant et il a une barbe. Et bien que le peuple cubain ne soit pas le plus heureux et le plus satisfait, le leader reste l'idole de la gauche du monde entier. Castro lui-même a dit il n'y a pas si longtemps qu'il était extrêmement surpris de vivre jusqu'à 87 ans, ayant réussi à enterrer de nombreux amis et ennemis.

Le meurtre de Grigoris Lambrakis. Cette histoire a eu lieu au début des années 1960, lorsque la Grèce avait un gouvernement d'extrême droite. Mais les autorités ont trouvé un adversaire influent. Médecin, ardent défenseur de la paix et athlète, Grigoris Lambrakis était actif en politique, mettant constamment les autorités, les militaires et la police dans une position inconfortable. En conséquence, il a été décidé d'éliminer un ennemi aussi actif. Mais Lambrakis était très populaire, il était donc dangereux de tuer le favori du peuple. En conséquence, deux terroristes d'extrême droite ont accepté de commettre la tentative d'assassinat. Le jour prévu, ils se sont armés d'une matraque en bois, sont montés à bord d'un tricycle à trois roues et se sont rendus sur la place, où le politicien a prononcé un discours contre les militaires. Le plan d'assassinat était très simple. Il était censé laisser le transport sur la route et, pendant la représentation, approcher Lambrakis par derrière et le frapper avec un club en pleine vue et tout le monde. En fait, c'est ce qui s'est passé. Mais les tueurs n'ont pas pleinement réfléchi au retrait dans leur plan simple. Bien que la police n'ait rien fait pour appréhender les criminels, leur tricycle s'est avéré si inhabituel qu'il a été immédiatement rappelé par tout un groupe de spectateurs. Les partisans du politicien se sont précipités vers le transport et en ont sorti les tueurs naïfs. La police était déjà arrivée et avait arrêté les conspirateurs. Ils ont été condamnés et oubliés. Mais à propos des pauvres Lambrakis, ils ont même tourné un film qui a été nominé pour un Oscar.

L'assassinat de Lincoln. Cette tentative était une véritable ode à la stupidité des terroristes. Le 14 avril 1865, John Wilkes Booth, acteur et agent infiltré confédéré, abattit Abraham Lincoln au Ford's Theatre. Il était prévu ce soir-là non seulement d'assassiner le président, mais aussi le secrétaire d'État William Seward, ainsi que le vice-président Andrew Johnson. Mais les plans ont initialement échoué - le secrétaire d'État a résisté, et le meurtrier de Johnson s'est simplement saoulé et a raté sa part de mission. Seul l'assassinat de Lincoln s'est déroulé comme prévu. Quand le public a ri de la scène la plus drôle de la comédie "My American Cousin", Booth est entré dans la loge du politicien et a tiré. En même temps, le bruit du rire noya le pistolet. Mais alors les problèmes ont commencé. Booth lui-même voulait partir inaperçu, mais un invité, le major Rathbone, entra dans la loge de Lincoln. Le tueur, s'échappant, a simplement sauté du balcon dans l'auditorium. Ce saut n'a pas réussi, Booth a non seulement reçu des égratignures, mais s'est également cassé la jambe. Mais, étant acteur, il a pris une pose spectaculaire et a déclaré haut et fort en latin: "Tel est le sort des tyrans!" Après cela, Booth, autant que possible avec une jambe cassée, a essayé de marcher dignement jusqu'à la sortie. Curieusement, il a réussi à partir et à se cacher pendant 12 jours. Mais le 26 avril, le tueur a été retrouvé dans une grange, où il se cachait avec son ami. J'ai dû mettre le feu au bâtiment pour faire sortir Booth. Ils lui ont tiré dessus, le blessant mortellement au cou. Les derniers mots du meurtrier de Lincoln furent: "Dis à ma mère que je suis mort en combattant pour la patrie."


Voir la vidéo: Lenquête - Affaire Khashoggi: le vrai visage du prince saoudien - C Politique - 211018


Article Précédent

Mironovich

Article Suivant

Familles de Corée du Nord